JEAN-LUC VAN DEN HEEDE
- A 71 ans le navigateur se remet dans la course -



Pourquoi choisir la Golden Globe Race réputée difficile ?
(Témoignage de VDH)


"Je ne voulais pas attendre d’être trop vieux pour rater cette nouvelle édition. La dernière en 1969 j’étais trop jeune.
 
Je suis un coureur et je trouve géniale de se remettre dans les conditions de courses de l’époque avec les moyens de l’époque. Le ciré risque d’être plus efficace que la vareuse mais pas de communication, des bateaux lents dans leur configuration d’origine.
 
Nous allons nous trouver dans des situations que l’on ne connaît plus aujourd’hui.


Comment assurer sa position dans le sud
quand le soleil ne se montre pas ?


"Mon régulateur suit le vent. Si le vent tourne pendant que je dors, comment entretenir mon estime ? Nous n’avons pas d’alarme de changement de cap, pas d’anémomètre électronique, pas de GPS.
 
Même l’appareil photo et la caméra seront argentiques, avec des pellicules."











-Vidéo de Jean-Luc Van Den Heede -
Preparation Golden Globe