.fr

Voyagez avec Valérie & François :
De la Bretagne à l’Islande
Saison 2021 - Mars à Août 2021 

Bonjour à toutes et tous ! 
 
Depuis mars dernier la saison a été intense. Nous étions à La Rochelle pour un court séjour, … c’était sans compter le 3ème confinement. Escale prolongée jusqu’à mi-mai, puis aller-retour “musclé” jusqu’à Arzal sur la Vilaine, pour faire l’entretien annuel de notre coque. Nous avons la chance de pouvoir attendre les bonnes fenêtres météo, mais parfois il faut quand même avancer, et le printemps n’a pas été de tout repos sur nos côtes atlantiques cette année… 
 
Retour à La Rochelle, pour un changement de gréement dormant, décidé à la dernière minute, merci à PREPA NAUTIC pour sa réactivité et son efficacité. 
Enfin, dûment vaccinés, Cybèle parée de ses plus beaux atours, nous reprenons la route de la Bretagne fin juin. 
Nous quittons de bons amis, les séparations sont d’autant plus émouvantes. Nous sommes rarement accompagnés sur notre route Nord… 
 
C’est décidé, ce sera bien l’Islande, via la côte ouest irlandaise. 
Derniers jours en Bretagne, derniers bisous aux enfants et parents, on patiente à l’abri de l’Odet. 


Pour nous accompagner, notre ami Denis - aussi propriétaire d’un sister-ship de Cybèle - va nous rejoindre en Irlande. 

L’Irlande rouvre ses frontières aux détenteurs du pass sanitaire, le 19 juillet. Nous attendons donc le jeudi pour quitter la baie de Benodet à 23h30, histoire de ne pas partir un vendredi… La fenêtre météo est très calme. Qu’importe, enfin c’est le nouveau DÉPART ! 

Après 3 jours de mer - ensoleillés - voile et moteur - nous arrivons tout doucement dans la baie de Dingle pour attendre le 19 au matin. L’Irlande nous accueille sous le soleil avec des températures supérieures à la Bretagne ! 

Nous avons le plaisir d’y retrouver Isabelle AUTISSIER, sur son ADA2. Rencontrée à La Rochelle, nous savons que nous avons la même destination pour cette saison, et garderons le contact, tout au long de nos navigations.  À Galway, nous accueillons Denis, et entamons notre route vers l’Islande. 
 
Nous avons prévu du cabotage en Irlande, en attendant une fenêtre météo pour traverser. En effet, après réflexion et discussions, nous avons décidé de “couper” par le Sud, car nous sommes tard en saison, et en équipage réduit. Denis ne pouvait rester que 3 semaines. La route Féroé - Est Islande puis côte Nord - présentait plus de risques pour nous deux seuls, à partir de mi-août. Nous avons donc décidé de traverser depuis le Nord de l’Irlande vers les îles Vestmann au Sud-Ouest de l’Islande. 

Comme la fenêtre météo s’est fait attendre, la côte irlandaise nous a offert dans l’intervalle de magnifiques escales, telles Clare Island et Inishkea islands, entre autres. Nous y avons découvert l’histoire extraordinaire de la “Reine des Pirates” - Grace O’Malley, qui a sévit à terre comme en mer, à la fin du 16s, pendant la majeure partie de sa longue vie… et finalement nous sommes remontés jusqu’à Barra, l’île Sud des Hébrides Extérieures. 

Enfin, la fenêtre s’est présentée, et nous n’avons pas traîné pour prendre la route vers l’Islande. 4 jours de mer. Vent de près et mer agitée. Nous avons connu plus confortable, mais au moins nous étions 3 et avons pu faire nos quarts confortablement. C’est du luxe, pour nous qui avons l’habitude de nous relayer à 2 toutes les 2 à 3 heures, selon notre énergie. 

Au lever du jour le 9 août, nous avons aperçu la côte Sud de l’Islande et son magnifique glacier Mýrdals-jökull. Les îles Vestmann sont vite apparues aussi à l’horizon. Archipel volcanique, la seule île habitée est Heimæy. Son port est extrêmement bien abrité, modifié en 1973 après l’éruption du volcan qui a englouti un tiers de la ville d’alors et a presque fermé l’entrée du port. Sans victimes. Le premier voilier rencontré est … Français ! sur le départ du retour vers la France… 
 
L’escale est grandiose ! Le volcan et le musée de son éruption, le tour de l’île et ses colonies de Macareux moines en font une destination touristique prisée. Le soleil était de la partie, nous avons été extrêmement chanceux pour notre arrivée. 

3 jours de repos et déjà nous repartons vers Reykjavik, car la météo nous pousse… Les hommes auront la chance pendant leur quart d’apercevoir sur la côte le volcan en éruption derrière Grindavik, depuis plusieurs mois. Ils n’ont même pas pensé à me réveiller… 
 
24 heures de moteur - hélas - plus tard, nous nous amarrons sous la splendide façade colorée du Harpa Concert Hall qui domine le port de plaisance privé. 

Belle émotion partagée par l’équipage, et bel accueil des équipages déjà amarrés, français et suisses, attirés eux aussi par ces latitudes réputées moins faciles… 

La capitale s’est faite belle sous un soleil estival pour nous accueillir. Colorée, elle se laisse apprivoiser, au gré de nos déambulations au hasard. Je ne tarderai pas à découvrir les quartiers animés du centre-ville, le vieux quartier, le front de mer et les ports. Mais nous aurons tout l’hiver pour en faire le tour, aussi nous réservons nos visites de musée pour ces mois plus difficiles. 
Un petit saut en bus pour aller rencontrer l’équipe du club de voile, qui nous accueillera dans son port à Hafnarfjörður pendant l’hiver. Ils sont chaleureux et pressés de nous entendre raconter nos voyages. Encore un hiver qui s’annonce social et chaleureux ! 
 
Je vous raconterai la suite et nos dernières navigations “estivales” dans une 2ème partie, car notre Expérience de l’Islande commence ici. Et elle sera riche.

Denis a repris l’avion vers d’autres horizons, et nous avons eu grand plaisir à nouer une belle amitié avec Barbara et Thierry sur leur Gaïa, que nous retrouverons à plusieurs reprises pendant les prochaines semaines. 

Comme toujours, notre fermeture arrière de cockpit a été notre havre de confort tout au long de ces dernières semaines. Si nous l’avons relevée en Irlande, pour profiter des magnifiques journées ensoleillées, nous l’avons vite remise en place pour continuer à profiter du soleil, à l’abri du vent !!! 
 
Nous avons pris tous nos repas dans le cockpit. Denis, lui-même - pour rappel - propriétaire d’un sister-ship de Cybèle, ne se sert de la sienne qu’au mouillage. Après un moment d’adaptation, de perte de ses repères en navigation, parfois de regrets de ne pas ressentir les éléments de la nature pleinement, il a quand même reconnu que la traversée avait été largement plus confortable grâce à cet équipement. Il y a passé de très nombreuses heures à traiter et assembler un film magnifique sur son séjour à bord. J’étais admirative de le voir travailler sur son écran en mer… moi qui arrive à peine à lire ! 

Comme toujours vous pouvez suivre notre voyage sur notre blog : Les voyages de Cybèle, ou plus réactif - dans notre groupe éponyme sur Facebook. 
Vous y trouverez le lien vers le film de Denis :



Nous aurons plaisir à vous lire, si vous nous écrivez - voire vous rencontrer, si vous venez nous voir sur le stand NV pendant les salons d’hiver. 
Vous pouvez suivre notre position grâce à notre AIS sur MarineTraffic.
 
A très bientôt pour la fin de notre saison !
Valérie 
Septembre 2021 

 
45 ans Séparateur d'Expérience
1er Séparateur Pionnier & Concepteur
Capote et Bimini
100 % Séparateur Fabrication
française
600 Séparateur Nouveautés par an
8000 Séparateur Références
Partager